Accueil > Corner RH > Emploi-formation > Grandes écoles : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire
Partager Partager Imprimer
Partagez cet article

Grandes écoles : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire

Publié le 29 Juin 2015

Selon la 2ème édition du Baromètre de l’ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l’association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet indépendant Inergie, la moitié des grandes écoles compte aujourd’hui plus de 30% de boursiers contre un tiers il y a 5 ans.

Une progression qui montre l'implication des grandes écoles dans l’ouverture sociale et se traduit par des actions concrètes et mesurables : budgets et moyens humains alloués, développement des programmes « amont » de sensibilisation et d’accompagnement, diversification des voies de recrutement, mise en œuvre de partenariats « aval » visant à accompagner et soutenir les étudiants de milieu modeste dans les filières d’excellence.


Voici les principaux enseignements de ce baromètre :

Le taux de grandes écoles comptant plus de 30% de boursiers est passé de 32,5% à 53,2% en l’espace de 5 ans

Une progression significative* révélée par le baromètre 2015 par rapport aux données publiées en 2010 dans le Livre Blanc de l’ouverture sociale. Les grandes écoles comptent aujourd’hui en moyenne 30% de boursiers CROUS (25% pour les écoles de management, 31% pour les écoles d’ingénieurs). Ces chiffres ne prennent pas en compte les 11% d’étudiants en apprentissage (non éligibles aux bourses CROUS en raison de leur statut salarié), dont bon nombre sont issus de milieu populaire.
* Nota : cette progression n’est pas due à la création de l’échelon niveau 0 intervenue en 2008, bien avant cette évaluation, ni à la création des échelons 0 bis et 7 en 2013 ayant eu un impact sur le volume global des montants alloués et non sur celui des bénéficiaires.

Les grandes écoles répondantes ont augmenté leur implication sur le sujet de l'ouverture sociale

Cette implication est notamment visible avec :

 

 

  • Un budget global de 50 M€ consacré à l’ouverture sociale sous toutes ses formes : programmes amont, aide au financement, personnels et moyens pédagogiques dédiés…
     

 

 

 

 

  • Un fort investissement auprès des  publics « amont », collégiens et lycéens : chaque école porte aujourd’hui en moyenne 2,6 programmes d’accompagnement, pour moitié labellisés « cordées de la réussite », qui jouent un rôle de « catalyseur » et participent au développement d’autres programmes non labellisés ; elles accompagnent ainsi de façon régulière plus de 19 000 élèves, soit une progression de 140 % depuis 2010.

 

 

 

  • Une aide aux étudiants de milieu populaire qui intègrent leurs formations à financer leurs études en leur consacrant un budget propre de 15,2 M€ alloué aux bourses sur critères sociaux.
  • La mobilisation de collaborateurs pour développer des programmes d’ouverture sociale à raison d’1,2 équivalent temps plein en moyenne par établissement.

 

 


Des résultats prometteurs qui encouragent l’action des écoles et de Passeport Avenir en faveur de la diversité

Le partenariat entre les écoles et l’association Passeport Avenir renforce significativement l’engagement et l’ouverture sociale des écoles :

  • Pour la majorité des indicateurs relevés, on note une différence significative entre les écoles partenaires de Passeport Avenir et les autres. Si la mise en place de ces partenariats est souvent basée sur un intérêt préalable de l’école pour la problématique de l’ouverture sociale, on constate que le partenariat en accentue les actions et les effets : sécurisation du parcours des étudiants de milieu populaire, renforcement des actions auprès des  lycéens de l’éducation prioritaire, opportunités de collaboration avec les entreprises membres de l’association, valorisation des actions menées, réinvestissement des jeunes bénéficiaires au service de l’égalité des chances.

 

 

  • Le baromètre montre que les écoles partenaires de Passeport Avenir consacrent en moyenne à l’ouverture sociale un budget supérieur de 35% aux écoles non partenaires (223 K€ vs 165 K€), et lui dédient davantage de ressources humaines (1,75 ETP vs 0,59 ETP) ; elles octroient des bourses sur critères sociaux deux fois plus importantes (3 350 € vs 1 680 € par étudiant) et mettent en place deux fois plus de partenariats dédiés à l’ouverture sociale.

 

 


 

 

 

 

Téléchargez l'intégralité de l'étude.

 

 

 

 

 

 

 


Téléchargez le communiqué de presse.

>>> retour au Corner RH