Accueil > Corner RH > Stratégie Digitale > Le Big Data : une nouvelle Ère pour les DRH ?
Partager Partager Imprimer
Partagez cet article

Le Big Data : une nouvelle Ère pour les DRH ?

Publié le 26 Mai 2014

Dans notre ère post-industrielle, le capital immatériel, et en premier lieu le capital humain, est un facteur de compétitivité et de différenciation majeur entre entreprises. Il est donc essentiel de comprendre non seulement ce qui permet d'attirer les meilleurs mais également de comprendre comment améliorer leur potentiel et leur capacité de contribution à la création de valeur pour l'entreprise.

Parallèlement, les modes de management évoluent fortement ajoutant à l'attention centrée sur l'individu des approches laissant plus de place au collectif, au mode projet, à l'innovation participative, et aux situations de travail. Au-delà du potentiel des individus, il s'agit de déceler le potentiel des équipes à bien fonctionner ensemble.

Se faisant, le management des individus et des équipes devient de plus en plus complexe. Les choix managériaux ne peuvent plus être uniquement basés sur de l'intuition, l'application de bonnes pratiques ou de règles simples. Ce qui est important, c'est de comprendre ce qui marche dans son environnement avec sa culture et son ADN. Demain, les dirigeants devront être en mesure d'intégrer des dimensions prédictives plus importantes en se basant sur la compréhension fine de ce qui conduit à des succès ou à des échecs sur le plan managérial.

C'est là que réside ce qui pourrait être un des principaux apports du Big Data dans le champ des Ressources Humaines. En s'appuyant sur des logiques inductives (c'est à dire l'observation de ce qui marche ou pas à partir de très gros volumes de données), il peut ouvrir la voie à de nouvelles façons d'appréhender le management.

Le Big Data pourrait ainsi projeter la fonction RH dans une nouvelle ère en la dotant d'une expertise beaucoup plus forte en terme de développement de la performance des managers, des équipes et des talents.


Une approche de la performance RH beaucoup plus analytique

La performance RH se limite souvent à la production et à la mise sous contrôle de tableaux d'indicateur ou de KPIs. A ce sujet, nous préconisions dans un précédent article (http://www.obea.fr/les_indicateurs_de_performance_rh_un_enjeu_de_gouvernance.php) d'en clarifier la gouvernance afin de définir des responsabilités claires sur l’atteinte des objectifs.

Il s'agit à présent d'aller plus loin en se donnant les moyens d'analyser, d’expliquer ou d’anticiper ce qui peut affecter en profondeur la bonne marche de l’entreprise :

Contrôler et suivre les activités de l’entreprise : 
- analyse du climat social
- analyse de la performance des équipes
- efficacité des parcours d’intégration, des formations
- critères de réussite d’une mobilité
- facteurs clés de succès de la coopération, de l’interculturalité, de l’innovation participative

Gagner en réactivité dans les prises de décision :
- anticiper les flux de départ, comprendre les facteurs qui en sont à l’origine
- choisir les meilleurs canaux de recrutement ou de communication
- identifier les futurs talents

Renforcer la relation aux collaborateurs :
- Leur pousser des informations adaptées à leur situation
- Améliorer les services RH qui leur sont rendus
- Les aider à se créer un réseau au sein de l'entreprise
- Comprendre les meilleurs modes de management
- Comprendre ce qui motive les collaborateurs


Comment mettre en place une démarche de Big Data RH?

Au-delà de l'enjeu technique qui n'est pas le propos de cet article, nous pensons qu'il s'agit avant tout d'une révolution culturelle pour la fonction RH.

Tout d'abord parce que le développement de compétences analytiques au sein de la fonction reste un enjeu, mais également parce que le big data ne peut fonctionner que si se développe parallèlement une culture de l'innovation RH et managériale.

Or force est de constater que cela n'est pas inscrit dans les gênes de la fonction RH en France. Cette nouvelle approche devra donc nécessairement faire l’objetd’un plan de progrès. La première étape sera de convaincre le DRH qu'il s'agit d'un enjeu de compétitivité et que leurs propres concurrents notamment américains ont déjà engagé avec succès de telles démarches.



 

>>> retour au Corner RH