Accueil > Corner RH > Stratégies et politiques RH > Communiqué de presse : Résultats du 1er baromètre FHF-Obea des Enjeux RH
Partager Partager Imprimer
Partagez cet article

Communiqué de presse : Résultats du 1er baromètre FHF-Obea des Enjeux RH

Publié le 04 Octobre 2016


 

Communiqué de presse du 05/10/2016

 

Résultats du 1er baromètre FHF-Obea des enjeux RH

 

 

Les Rencontres RH de la FHF à La Baule ont été l’occasion de présenter aux professionnels hospitaliers les résultats du premier baromètre FHF-Obea des enjeux RH. Cette enquête riche d’enseignements a été menée auprès des chefs d’établissement, Directeurs des Ressources humaines et Directeurs des Affaires médicales des établissements publics sanitaires, sociaux et médico-sociaux adhérents à la Fédération hospitalière de France. Près de 274 directeurs se sont mobilisés pour répondre à cette étude conduite en partenariat avec Obea. 

 

« Il était important que la FHF puisse faire entendre la voix de professionnels des ressources humaines à l’hôpital, objectiver leurs besoins voire leurs difficultés dans la période de réforme profonde que connaît l’hôpital », résume le Président de la FHF.

« Accompagnant depuis de nombreuses années les transformations RH et managériales du secteur de la santé, il nous a semblé pertinent de proposer à la FHF un baromètre des perceptions et des attentes des professionnels RH. », souligne Jérôme Miara, PDG d’Obea, cabinet de conseil.

 

Il en ressort des constats forts qui sont autant d’appels à des propositions de réforme afin d’améliorer la qualité de vie au travail des personnels et par là-même les conditions de prise en charge des patients.

  • Tout d’abord, le niveau très élevé d’engagement des professionnels vis à vis de leur métier (97%), des valeurs de service public (80%) et de leur établissement (75%), doit être salué et constitue une véritable force pour relever les défis à venir.
  • 75% des acteurs RH interrogés déclarent toutefois ne pas disposer des moyens adaptés pour reconnaître cet engagement.
  • Au-delà des évolutions statutaires que cela appelle, et de l’investissement des DRH en matière de conditions de travail et plus particulièrement de prévention des risques psycho-sociaux (plus de 84% des répondants ont entrepris des démarches de prévention), les résultats du baromètre illustrent la très forte contrainte budgétaire pesant sur les établissements. Les préoccupations des DRH sont ainsi concentrées sur la maîtrise de la masse salariale : il s’agit du premier sujet de mobilisation pour 80% des sondés, taux bien supérieur au secteur privé. Il en ressort un fort risque que l’impératif budgétaire ne laisse que peu de place au déploiement des nécessaires démarches d’accompagnement, collectives ou individuelles.
  • Enfin, si 80% des DRH ont à ce jour une perception positive du climat social, plus de la moitié des sondés anticipe une dégradation dans les prochains mois. Sentiment d’autant plus fort que les défis à relever sont nombreux, que ce soit en termes de structuration de l’offre que d’efficience.  

 

Les établissements sanitaires et médico-sociaux ont la chance d’avoir des professionnels engagés et des DRH investis. Pour la FHF, acteur responsable, sans remettre en cause l’objectif d’efficience, il s’agit maintenant de faciliter ce qui est d’ores et déjà entrepris sur la base du seul engagement des DRH et DAM : une gestion des ressources humaines qui ne soit plus uniquement considérée par les tutelles comme un outil de gestion, de maîtrise budgétaire, mais à qui on reconnaît aussi l’ambition stratégique d’accompagner les professionnels sur des projets porteurs de sens. Les établissements publics de santé, ce sont avant tout des acteurs engagés, médecins et soignants.   Il s’agit maintenant de reconnaître aux acteurs de la fonction RH, directeurs, cadres les moyens et le temps nécessaire pour relever le défi organisationnel des GHT.

Pour cela, la FHF appelle à redonner du sens :

  • Tout d’abord, mettre la santé et la sécurité des personnels au cœur du débat sur l’hôpital ;
  • Simplifier et lever les rigidités du statut de la fonction publique pour fluidifier les parcours professionnels, doter les établissements des outils réglementaires indispensables pour réussir le défi des GHT, et valoriser les équipes, en récompensant leurs mérites ;
  •  
  • Enfin, sans remettre en cause la nécessaire efficience des établissements publics, mettre fin à la contrainte budgétaire permanente et aux injonctions paradoxales. L’hôpital public a su maitriser ses coûts en dépit de la constante progression de l’activité. Cette performance accrue n’a été possible qu’avec l’implication et la mobilisation des personnels. Or rien n’est enfin pire qu’une politique alourdissant les charges des établissements pour acheter la paix sociale au détriment des réformes structurelles. Il est donc désormais indispensable que les réorganisations ne soient pas imposées mais pensées par les équipes médico-soignantes, dans un esprit de co-construction et de dialogue. 
 

 

 

>>> retour au Corner RH