Accueil > Corner RH > Stratégies et politiques RH > Les DRH croient à la reprise économique et envisagent l'emploi sous de meilleurs auspices
Partager Partager Imprimer
Partagez cet article

Les DRH croient à la reprise économique et envisagent l'emploi sous de meilleurs auspices

Publié le 23 Juin 2015

La 6ème édition du baromètre Défis RH ANDRH - Inergie Groupe Obea vient d'être publiée par l’hebdomadaire Entreprise & Carrières*.

Dans un contexte qui touche encore durement leurs entreprises, les DRH sont de plus en plus optimistes sur les perspectives économiques et confirment l’inversion des tendances constatée en 2014. Selon le baromètre « Défis RH 2015 », réalisé par Inergie pour l’ANDRH et Entreprise & Carrières, cette embellie s’accompagne d’une stabilisation du climat social pour la première fois depuis 2011. S’ils ont maintenu en 2014 des pratiques de rigueur en matière d’emploi, les professionnels des ressources humaines envisagent d’ici la fin de l’année un assouplissement propice aux embauches et se mobilisent à nouveaux sur la conquête des talents. La baisse des charges due au CICE commence à se faire ressentir et devrait bénéficier à leurs yeux aux investissements propres à soutenir la croissance.


Découvrez la courte vidéo de présentation synthétique des résultats :

 


 

Téléchargez la présentation des résultats de l'étude.

 

 

 

 

 


Les analyses de cette étude par la presse :

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les principaux enseignement de l'étude sont les suivants :

Dans un contexte toujours dur, les perspectives économiques s’améliorent

Pour les 3/4 des DRH (76%) le contexte économique touche toujours durement leur entreprise ; pour autant leur confiance s’améliore, tant dans les perspectives économiques de leur entreprise (71%, en évolution de 4 points), que dans l’évolution de leur secteur d’activité (+4 points), et confirme la tendance positive entamée en 2014. « Je pense que la conjoncture économique est en train de se retourner. Nous sommes, je l’espère, à la fin d’un cycle démarré en 2008 », déclare Jean-Paul Charlez, président national de l’ANDRH.

Un climat social stable pour la première fois depuis 2011

Le climat social est bon pour 71% des DRH, même si une inquiétude latente persiste chez les salariés ; « C’est la première fois, depuis 2011, que le climat social se stabilise », constate Luc Vidal, directeur général adjoint d’Inergie-groupe Obea, en charge du pôle opinion.

Les prévisions sont plus optimistes que l’année dernière puisque 24% des DRH anticipent une amélioration du climat social.

« De plus en plus de thématiques relèvent désormais du dialogue social d’entreprise, or quand on peut agir au plus près du terrain, le climat s’en ressent », explique Jean-Paul Charlez.

Une reprise attendue pour 2015 malgré des pratiques de rigueur en matière d’emploi

Les entreprises ont continué à geler les embauches (35%), plus qu’à mener des plans de recrutement (23%), sans évolution depuis 2014, et les DRH ont été contraints à plus de rigueur salariale (29%) que ce qu’ils avaient envisagé ; en revanche, ils sont plus positifs sur les perspectives 2015 : une baisse anticipée du gel des embauches (-9 points), associée à un léger rebond des plans de recrutements (+ 4 points). Pour les mois à venir, « il n’y a plus un seul indicateur au rouge », constate Jean-Paul Charlez.

Des DRH mobilisés à nouveau sur la conquête des talents

Si les professionnels de la fonction RH sont toujours focalisés sur le dialogue social (61%), mais moins qu’en 2014 (-6 points), ainsi que sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (56%), on constate cette année et pour la première fois depuis 2011, un intérêt nouveau à l’attraction et à la rétention des talents (44%, en évolution de 6 points) ; la prévention des risques psychosociaux et la politique de rémunération restent stables (38%), et la pénibilité au travail mobilise désormais autant que le thème de l’aménagement du travail (27%).

Le poids des contraintes légales à nouveau perçu par les DRH

Si les politiques RH dépendent toujours largement des contraintes économiques (53%, en baisse de 4 points), elles sont à nouveau plus soumises aux contraintes légales (52%, en évolution de 8 points) après deux années de répit. Par ailleurs, « les risques juridiques ne cessent de croître aux yeux des DRH depuis le lancement du baromètre : 28% en 2010, contre 47% aujourd’hui », relève Luc Vidal.

« Il est logique que les DRH ressentent davantage la contrainte légale car les entreprises évoluent dans un environnement de plus en plus compliqué, explique Jean-Paul Charlez. De nouvelles lois sont votées en permanence. Le Code du travail 2015 compte 3 800 pages, 200 de plus que celui de 2014 ».

L’accompagnement des managers : premier enjeu de la fonction RH

Le soutien managérial, dans ses deux dimensions de développement des compétences (48%) et d’accompagnement des missions RH (45%, en évolution de 6 points), arrive toujours en tête des enjeux de la fonction RH, suivi par l’accompagnement des réorganisations (36%) ; des chantiers de transformation devenus aujourd’hui monnaie courante, mais moins axés sur des enjeux de maîtrise des coûts (28%, en baisse de 6 points) qui font poids égal aujourd’hui avec ceux d’attraction et de rétention des jeunes collaborateurs (27%, en évolution de 9 points).

L’emploi des seniors continue à se dégrader, au fil des années

On constate un tassement continu du recrutement des seniors depuis 2012 : baisse de 5 points des recrutements significatifs cette année (18%), alors que les départs restent toujours de mise dans 46% des entreprises et que la moitié des dispositifs de fin de carrière portent sur la mise en place de préretraites, avant l’aménagement du temps de travail. « Malgré le surcoût des préretraites, les entreprises continuent d’y recourir et préfèrent financer l’inactivité de leurs seniors plutôt que leur employabilité », constate Gina de Rosa, rédactrice en chef d’Entreprise & Carrières.

L’alternance marque le pas, avec cependant des intentions d’augmenter le nombre de contrats dans le courant de l’année

Selon les DRH répondants, le taux d’alternants dans leurs entreprises est en moyenne de 3,2%, sans évolution depuis l’an dernier ; des alternants cependant plus nombreux dans l’industrie (4,4%) et dans les grandes entreprises (3,7%). 21% des entreprises ne comptent aucun alternant dans leurs effectifs et 34% moins de 4%; ces dernières sont cependant les plus favorables à en augmenter le nombre au cours de l’année (55%, contre 41% pour les autres).

Plus d’actions menées en matière de qualité de vie au travail (QVT)

Si les risques psychosociaux restent une réalité dans 19% des entreprises, c’est l’approche préventive sous l’angle de la QVT qui est privilégiée par 47% des entreprises ; les DRH ont mené moins d’actions en matière de RPS que par les années passées (67%, vs 75% en 2014), mais elles portent en majorité sur des démarches préventives (78%) visant à réduire les risques et améliorer l’organisation du travail, contre 59% pour des actions de sensibilisation ou 54% sur du soutien en cas de crise.

Diminution substantielle des charges pour un tiers des DRH

Plus d’1 DRH sur 2 estime que la baisse des charges due au Pacte de responsabilité (mise en place du CICE en 2014, augmentation du taux en 2015 et baisse des cotisations patronales en 2015...) devrait avant tout bénéficier aux investissements (dont l’innovation & la recherche), avant la création d’emplois.

Compte de pénibilité : les demandes de simplification des DRH ont été entendues

Au moment où nous les avons interrogés, 80% des DRH étaient dans l’attente d’une simplification du compte pénibilité, même ceux qui s’estimaient prêts à sa mise en place (50%). Fin mai, le gouvernement a promis de supprimer la fiche individuelle de prévention et a reporté de six mois l’entrée en vigueur des six derniers facteurs de pénibilité.
 


* Etude réalisée par internet du 16 mars au 10 avril 2015 auprès des professionnels de la fonction RH, membres de l’ANDRH ; échantillon répondant constitué de 210 DRH.

>>> retour au Corner RH