Accueil > Corner RH > Trophée du Capital Humain > Enquête réalisée par Obea-InfraForces pour la cérémonie du Trophée du capital humain
Partager Partager Imprimer
Partagez cet article

« Moins d'un salarié sur deux s'estime écouté », enquête réalisée par Obea-InfraForces

Publié le 25 Juin 2013

« Moins d'un salarié sur deux s'estime écouté », révèle une enquête réalisée par le groupe Obea-InfraForces. Elle sera rendue publique mardi 25 juin 2013, lors de la cérémonie du Trophée du capital humain.

Cette étude réalisée par le groupe Obea pour le compte du Trophée du Capital Humain met en lumière l'impact des transformations politiques, sociales et industrielles à l'oeuvre en France sur le rapport des salariés à leur entreprise et leurs managers.

Au-delà des questions barométriques sur la satisfaction, la fierté d'appartenance et le respect, sont également explorées les questions relatives aux politiques d'embauche et d'intégration, aux valeurs et à l'agilité de l'entreprise.


Les résultats sont particulièrement instructifs au regard de l'actualité, notamment concernant :

1- La formation : l'évolution du sentiment des moyens accordés par l'entreprise pour accompagner les adaptations aux changements présente une chute très marquée par rapport à 2012 reflétant le sentiment général de coupes budgétaires au sein des entreprises.

2- L'âge de départ en retraite : en moyenne les salariés interrogés se sentent capables de travailler jusqu'à 61 ans et souhaitent un départ en retraite à 59 ans, ce qui met en lumière l'importance de l'accompagnement à fournir pour les deuxièmes parties de carrière.

3- Les changements organisationnels : l’étude souligne à quel point les changements organisationnels majeurs, vécus par 67% des salariés interrogés, sont perçus négativement pour la motivation des salariés et les relations entre les équipes, tout en générant des gains finalement relativement faibles pour l'entreprise. C'est notamment le cas lorsque les salariés ont le sentiment que ces changements sont mis en œuvre sans accompagnement ou sans concertation.

4-  L’intégration des jeunes : perçue comme difficile mais pas impossible, elle ne semble pas faire l’objet de politique particulière au sein de toutes les grandes entreprises françaises. Une fausse problématique ou un enjeu mal dimensionné par les entreprises ?

5- Les valeurs de l'entreprise : Des valeurs connues et partagées par les salariés interrogés qui se jugent cependant plus exemplaires que leur hiérarchie, notamment indirecte.

Retrouvez l'étude sur le journal "Le Monde" : Moins d’un salarié sur deux s’estime écouté, étude organisée à l’occasion du Trophée du capital humain  



 

>>> retour au Corner RH