Ce site Web utilise des cookies
En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nécessaires au fonctionnement du site et à usage statistique.
En savoir plus et
gérer les cookies
REGLAGES
COOKIES
POLITIQUE DE
CONFIDENTIALITE

Les cookies sont des petits fichiers textes utilisés par les sites Web pour rendre l'expérience utilisateur plus efficace. La loi stipule que nous ne pouvons stocker des cookies sur votre appareil que s’ils sont strictement nécessaires au fonctionnement de ce site. Pour tous les autres types de cookies, nous avons besoin de votre permission.

Cookies nécessaires (autorisés par la loi). Ils ont pour but la protection du site, l’équilibrage de charge, la gestion de la connexion, la gestion du panier, etc. Le site ne peut pas fonctionner sans eux.
    
Cookies statistiques : ils permettent d'analyser votre navigation et nous permettent de mesurer l'audience de notre site internet

Chargement de la politique de confidentialité, veuillez patienter.

photo
Médaillon Picto

Jérôme Miara

DIRECTEUR GÉNÉRAL

L’entreprise apprenante et le transfert d’expertises

La diffusion des expertises et des compétences au sein de l’Entreprise doit s’adapter au rythme de l’innovation technologique

Dans un monde relativement stable, où les compétences évoluent à un rythme raisonnable, ce transfert est en général orchestré dans un dispositif global de conduite du changement en suivant la logique suivante :

  1. Le changement porte sur une volonté d’optimisation d’un existant (organisation, SI, processus)
  2. Il est traduit et intégré dans les référentiels métier, les processus, les organisations et la définition des postes de travail
  3. Ces changements sont déployés via de la transformation culturelle, des formations et de la communication

Ce type de modalité suppose de viser un déploiement relativement homogène avec des usages conçus en central.

Mais les choses évoluent pour au moins deux raisons :

  • D’une part, il y a une accélération du rythme d’innovation technologique qui fait émerger des compétences clés ou critiques un peu partout dans l’entreprise
  • D’autre part, les usages liés à ces innovations sont souvent à concevoir localement.

L’entreprise doit donc être en mesure de :

  1. identifier les nouvelles compétences qui émergent à un rythme soutenu
  2. les diffuser rapidement partout dans l’entreprise mais avec des niveaux de maîtrise différenciés
  3. stimuler la définition des usages localement et le partage de pratiques

Pour cela, Obea a conçu une démarche de Transfert de Savoir Faire qui s’appuie sur les facteurs clés de succès suivants :

Instaurer une relation de confiance avec les experts

L’identification des compétences à transférer nécessite de réussir à convaincre les experts du bien-fondé de la démarche. Il faut donc qu’elle soit appuyée par une volonté institutionnelle et que sa valeur ajoutée soit reconnue en tant que telle.

Par ailleurs, la démarche doit être robuste et rigoureuse de manière à ce que l’expert comprenne la complémentarité de son rôle et de celui du consultant pour aboutir à une identification fiable et précise des compétences à transférer.

Mettre en place une démarche d’ingénierie pédagogique ‘learner centric’

Une fois les compétences identifiées, l’enjeu va être de réussir à concevoir un environnement propice à leur développement, et personnalisé en fonction des cibles concernées. Cela suppose :

  1. de mettre en œuvre un système de Knowledge Management qui permette d’associer à cette compétence un corpus documentaire, et de le rendre accessible
  2. d’identifier dans quelles activités cette compétence est amenée à s’exprimer, pour ensuite la traduire en savoir et savoir-faire concrets à déployer dans l’entreprise
  3. de designer et de personnaliser l’offre de formation en fonction des publics cibles
stimuler la définition des usages et le partage de pratiques

Les apprenants ont un rôle clé dans la démarche. Ils sont d’une part sollicités en amont lors de la phase d’ingénierie pédagogique. Par ailleurs, ils sont sollicités en aval de manière à contribuer à la définition des usages. Ainsi, ils sont véritablement au cœur d’un cercle vertueux qui les fait successivement passer du statut d’apprenant à celui de contributeur.

Ce faisant, les démarches TSF contribuent pleinement à la diffusion d’une culture d’organisation apprenante au sein de l’Entreprise.

Découvrez notre pôle L&D

Découvrez notre expertise Organisation apprenante

 

5 juin 2018


Haut de page
Haut de page